Additive Conseil Sécurité

L’impression 3D en entreprises se développe à grande vitesse. Ces machines coûteuses et complexes comportent des risques à leur mesure : risques chimiques, risques mécaniques, incendie, voire explosion. L’évaluation des risques en lien avec le lieu d’installation de ces équipements un point de passage essentiel afin réduire l’exposition aux risques des salariés.

Si ces machines sont nouvelles, les risques associés sont eux classiques. La nature des matériaux utilisés, en l’occurrence des poudres métalliques, introduisent la définition de zones ATex (atmosphère explosives) tout à fait identifiable par la réglementation. Les précautions des ATEX poussières existent dans de nombreux domaines industriels. D’autre part sous l’action de la chaleur du laser pour la soudure, de nombreux composés gazeux se dégagent, ce qui expose les salariés aux substances CMR.

L’analyse des risques doit donc être menée en amont du projet d’implantation d’une machine de fabrication additive. La conception du lieu d’accueil est aussi importante que la gestion des circulations des matériaux neufs et usagés. Il s’agit d’optimiser la qualité et la reproductibilité de fabrication des pièces finales, tout en prévenant l’exposition aux risques des salariés lors des transferts. Il est vrai que les machines sont complétements étanches en fonctionnement, mais trop souvent des procédures de chargement et déchargement ne sont pas assez travaillées. Il faut pouvoir repenser les circulations dans nos ateliers d’usinage, d’autant plus dans un contexte de co-activité avec de l’usinage classique, mené en parallèle à la fabrication additive.

  Télécharger l’article complet